Morgan.e

#006 21/06/2021

  • Welcome on H comme Handicapé.e.s (D like Disabled) the podcast who passes the mic to disabled people because we need to hear them more For this 6th and last episode of the season I had a chat with Morgan.e. We talked about their experience as a queer disabled person. And if we sound tired, it's because we are. Tired of how ableist the LGBTQ+ community is. But this is just one of the many topics you're gonna hear about in this episode. We also talked about the history of the LGBTQ+ community and how it's connected to the psychatric world. And also about Frida Khalo*

First of all can you introduce yourself a little bit ? 

So, I'm Morgan, I'm a queer and disabled person. I'm 26, no not 26, I'm 36 years old. And I'm an artist. Sort of speak. I mostly do collages, and my goal with those collages is to give visibility and representation to the disabled community

We're here today to talk about how it's like to be part of both the LGBTQ+ community and the disabled community. Because we're recording this episode today but it's not pride month yet. But this episode will be released during pride month. First before talking about the LGBT community I wanted to hear more about you and your journey with your queerness and how you're realised you were queer ?

It took me a long long (one more) laughs long time to realise it. But I think it's...It makes sens than for me as a disabled person it took me such a long time. Because I had to deal with my disability first. I grew up with like a lot of us I think with that idea in mind that I was a burden. So I had to fight hard than able bodied people to be a little bit considered. So for years I tried to perform this heteropatriarchal model that is forced on us. To be as able bodied as possible, as cisgender as possible, as straight as possible

When you were non of those three

*That's It. (laughs) Yeah that was pretty much it. I wasn't. So I exhausted myself until...Well until I couldn't take it anymore. I was sick and tired of everything. And I started to learn a little bit about feminism. That lead me to Monique Wittig. And she definitly...She definitly changed my life. Yeah that's how I realised that I could take another path. So I took it and it felt good. It was the best decision I ever made.

Yeah I think that for a lot of us, feminism helped us realized a lot of things

I mean yeah, for starter that we are human beings. That we matter. That the way we are treated isn't OK. That being said feminism that we know today is still very far from perfect when it comes to disabled people. Cause it doesn't think about us. It's very focused on cis heterosexual people. A little bit too much in my opinion. But like the rest of society is.

I totally agree. But we're digressing a little bit here. We talked about feminism with Marina during the first episode. You can listen to it if you want. But for now we're gonna talk about the LGBTQ+ community

(laughs)

Otherwise I'm gonna mix everything up. I highly recommend the first episode by the way. It's a really great one. But yeah, end of digression.
So second question, you talked about it a little bit already. But was it easy for you to be...To accept the fact that you were both queer and disabled. Cause I know that for me it has been really hard and it took me years to accept it

Yeah it also took me a lot of time and I think I still have a lot of work to do when it comes to internelized ableism and internelized queerphobia. I try to be kind to myself and it actually makes sense. Cause we live in societies that are so normative. So when you have to deal with two different opression at the same time, well it's even more difficult. And it's everywhere, all the time. But once you..For me, as soon as I totally accepted my disability. Well "acccepted" yeah I think it's the right word. More like...Once I owned it. Onced I finally understood that..At least in my opinion disability is a social construct. We live in societies that are based on such normative ideas of what being human means, what having a "natural" behavior or whatever that means. So when you're not a part of that norm it costs you a lot and you have to pay that price your whole life. So of course it has been a very long and painfull road before I finally accept the fact that I wasn't going to be a part of that norm. And it took me a while to be happy about it. Cause it sucks to be put in a box. (laughs) And I don't wanna be put in a box.

(laughs) Definitly. And so yeah you were talking about this hyper, hyper normative hetero patriarchal norm. And do you think that your disability influenced your queerness ? Like did your disability played a part on your queerness ?

Well in my opinion they're both deeply rooted in the same history. For starter queerness and the history of queer people is a story about ableism. I mean we have been put in psychatric institutions. And we still are. Trans people are still dealing with a lot of violence from the psyc world. So it's very difficult for me to seperate those two things. I don't really understand how it's possible to not see that...That everything is connected. But like racism or like any kind of oppression really. Cause once again, our societies, their only goal is to control our bodies. And as soon as our bodies don't fit the standards created by our societies, well they're not very happy about it and they let us know by punishing us for it. I mean, "not verry happy". It's a bit chilldish when you say it like that but you know what I mean. It's really...Ableism, racism, queerphobia, or fatphobia...They're just a way to have control over us and over our bodies. And I think once you get that, you feel a little bit lighter

Yeah, for sure. And espacially when you're like us, when you're born with a visible disability, that makes your body visibly different...Well, we're instantly rejected from that hetero patriachal norm. And so because of that we're even more queer than any of the abled bodied queer people on this planet.

(laughs)

**And by the way if you're listning to us and you don't know what "queer" means. At first it was an homophobic slur that meant "weird" or "twisted" in opposition to "straight" that also means "heterosexual"

Yeah so we're queer by essence. Litteraly

Yeah that's it. Cause we're litteraly not straight. We're unsteady. Litteraly.

(rires) Yeah and this idea of binarity between queer and straight or even just the idea of binarity itself, but that's another story.. It doesn't make sens because we as individuals are all different. We're not inherently straight We're all a little bit "twisted" or a little bit straight. Depending of our point of view. It really doesent make any sens to me, this way of thinking. This way to see the human body as a norm and to think that there is only one way possible to live, to think and to be in that body.

Yeah sure. Definitly. But I mean disabled people are even more outside of that norm. So yeah we're actually queer in essence. Even disabled people who are straight and cisgender, are queer in a way. If you take the first definition of the word. So yeah.. Just inclued us into the LGBTQ+ please, cause we deserve a place in this community. But yeah I'm actually going a little bit too fast here. I'm already getting to the third question. Third or fouth ? I don't remember. But yeah so the next question... As a disabled person do you feel included and represented inside of the LGBTQ+ community ?

Well no. Obviously. But I don't feel represented in society or in any kind of community. But yeah in this community that is supposed to be my community. No, definitly not. I can't think of a place were we are praised. Either in this community or in another one. We're very often rejected.
There is a phrase by Merri Lisa Johnson where she says that there is a form of reluctance from the queer community when it comes to reach out to disabled people. And I thinnk it's pretty accurate. I think there is a kind of...A kind of love hate relationship. And once again I think it comes from our history. Our history as queer where we've been through a lot of violence from the psych world, which is in a way, a form of ableism. And after they experienced this abled boded people. Not all of them but a lot of them. Especially gay guys. White cis gay guys. They managed to get out of this and they don't wanna get back into it so they left a part of the community behind.

Yeah they don't wanna have to deal with it one more time.

Exactly. Cause they managed to get out of this so...Yeah it's kind of sad. I don't know if they're...I don't know if they're aware of it or not. But I think it can explain some things. Cause there is a lot of, you know, serephobia within the community. And it doesn't make any sense. It's such a "mindfuck" way of thinking. And for me serophobia is a form of ableism.

Yeah, for sure.

We're so...Yeah rejected. They're rejecting the disabled and the chroniclly ill community

Ouais. Ouais c'est intéressant. J'avais, j'avais pas pensé à ça comme ça, mais ouais. C'est intéressant. Oui du coup : Est-ce que la communauté LGBTQ+ a un problème de validisme ? OUI (rires) 

Oui ! Tout à fait. Ouais. Ouais je me dis qu'il y a peut être un...En tout cas c'est comme ça que j'ai envie de le comprendre et de l'entendre. Bon évidement que, bah comme on baigne dans cette oppression, bah forcément on reproduit ce dans quoi on a grandi. Mais il y a aussi je pense un truc...Peut-être je sais pas, des formes de traumas pas, pas gérés encore quoi. 

Ouais, c'est peut être une...Une piste ouais. Et du coup...Parce-que là c'est vrai qu'on parle beaucoup de la communauté LGBT comme une entité...Est-ce que du coup t'as des anecdotes d'expériences en lien avec la communauté LGBT qui pourraient illustrer un peu, un peu tout ça ?

Bah là c'est...Ouais c'est un peu dur de dire des trucs en ce moments positifs sur la commu parce-qu'elle a été hyper dur avec nous. Avec le covid. 

Oh mais on est pas là pour être positif sur la commu t'inquiète ! (rires)

(rires) 

Bah parce-que clairement ça a été...On est vraiment bah...Ouais encore une fois on a été un peu, bah délaissé.e.s quoi. Enfin, au mieux délaisser. On nous a un peu laissé...Enfin jeter sous le bus et puis...Et puis voilà, sauve qui peut quoi. Moi ce qui m'a vraiment perturbé, bah c'est que déjà évidemment, d'un point de vue personnel ça m'a vraiment attristé de voir que...Bah que vraiment ils en avaient rien à foutre de notre gueule quoi. C'est évidemment un peu blessant d'un point de vue égotique, mais c'est aussi que...J'ai pas compris parce-que, j'avais l'impression que, ce que faisait la commu, c'était au final assez semblable à ce que fait...Bah les politiques gouvernementales. Je pense qu'il y a eu vraiment, une grosse absence de solidarité et de care collectif, depuis la crise du covid. Et bah en fait c'est juste...La crise du covid elle a, elle a révélé ce qui était déjà là en fait. C'est juste qu'elle a mis un miroir grossissant dessus. Parce-que bah, c'était une crise. Et du coup oui pas de care collectif et un...Et un abandon ouais. On nous a mis de côté, on nous a pas écouté et puis... Ouais et puis tu sais tous ces trucs de fêtes clandestines qui ont été faites. Tous ces trucs là sans qu'ils se posent des questions. Et après ils chouinent quand des personnes leurs tapent sur les doigts en leurs disant que c'est hyper validiste. Bah ouais mais...

Ouais c'est clair. Non je me rappelle d'un post que t'avais écrit sur instagram après la Pride de Paris qui avait eu lieu l'année dernière là. En juillet je crois.

Oui c'est vrai. La Pride ça avait été vraiment... Ouais bah depuis j'ai plus fait de manif, et je suis pas sûr d'en refaire encore. 

Bah ouais. Ouais où personne n'avait de masque. Où enfin, il y avait zéro truc qui été pensé pour les personnes handi et tout. 

Bah ouais bah c'est pareil, c'est comme...Les les...Les queer valides ils pensent que tout le monde est valide en fait. 

Ouais 

Tout simplement. Tu sais ils pensent pas à la santé... On parle un peu plus de santé mentale et encore...Dans un certain cadre. Il faut pas être trop malade mental non plus quoi. Enfin, malade mental entre guillemets hein. J'aime pas ce terme mais tu vois. Pas trop mais un peu quand même. Et physique bah, non ça n'existe pas quoi. Et puis c'est vraiment...Ce type de comportement hyper égoïste et validiste. Et eugéniste en fait. Bah ça reproduit vraiment, bah ce que fait l'Etat. C'est à dire nous laisser crever dans notre coin, et advienne que pourra quoi. Et c'est vrai que c'est un peu l'opposé de ce que censé être la communauté LGBTQI+ quoi. On est censé être du love et du care et blablabla... Ouais bah ça c'est...Les paillettes c'est pas pour nous en fait c'est pas pour les handis. 

C'est clair, c'est clair. Bah moi je me rappelle...En fait quand j'ai lu ton post j'habitais pas en France. J'habitais en Autriche à l'époque.  Et en fait je venais de, de vivre la meilleure Pride de ma vie genre une semaine avant. C'était génial ouais parce-que...Bon c'était pas Paris évidemment, c'était une petite ville Autrichienne, donc euh, enfin, il y avait beaucoup moins de foule et tout. Et surtout en fait, à cause, enfin à cause ou plutôt grâce au covid, ils avaient fait un mode de distanciation où tout le monde été à vélo ou à roues, ou à skate, où à fauteuil...Et du coup c'était, c'était vraiment cool parce-que ça faisait beaucoup plus d'espace. Et tout le monde était à peu près à la même hauteur, et j'avais pas besoin de lever la tête pour voir les gens, et je me sentais pas oppressé ou quoique ce soit. Et c'était vraiment trop bien. On a, vraiment on a fait deux fois le tour de la ville, on avait toute la rue que pour nous, c'était...Les flics étaient hyper safe, il n'y avait pas de débordement, c'était trop bien. Et vraiment j'étais hyper heureuse, et c'était la première fois que je me sentais vraiment incluse dans un événement LGBT quoi. Et en fait après j'ai lu tout post, et je me suis rendu compte que... Il a fallu que j'aille vivre en Autriche pour, pour me sentir inclus dans ma communauté quoi. Enfin...Il y a quand même un truc...Il y a quand même du boulot quoi. Beaucoup beaucoup de boulot. 

Oui il y a du boulot vraiment ouais. 

Non mais du coup j'espère que...Parce-que comme tu dis ça a, ça a fait remonter tout le, tout le validisme et tout, cette pandémie. Mais j'espère que des personnes vont...Vont prendre conscience de ça et vont essayer d'améliorer un peu les choses parce-que...

Bah moi aussi j'espère. Parce-que enfin, l'idée c'est tellement pas de cracher sur les gens et ses comportements, Même si évidemment ils sont, ils sont condamnable on va dire. Mais c'est plutot bah, faut réfléchir à tout ça quoi. Parce-qu'on peut faire mieux en tant que communauté. Je pense que ça aurait pu être fait, facilement en plus quoi. Je crois que, en vrai la, la violence qu'on a subit, elle a été rendu possible parce-que...Parce-qu'elle a été reproduit. Mais on est pas obliger de reproduire. On aurait pu mieux faire, on aurait pu penser les choses différemment. Et on devrait. Enfin j'espère qu'on y arrivera. Je pense qu'on est beaucoup a être, en tout cas pour les handis...Bah au bout du roulot quoi. On va pas se mentir. Mais on va finir par se relever, et je pense qu'on arrivera à créer des trucs. Bah clairement j'ai été déçu par la communauté, mais je pense que c'est pas grave. Dans le sens où, c'est pas parce-que il y a eu des merdes, que ça va rester comme ça au contraire. Moi quand je râle en fait c'est un peu des appels...C'est un peu des élans d'amour quoi. Parce-que en fait, j'attends rien de la société cis hétéro et compana. Par contre j'attends de la comu. Parce-que je l'aime. Et moi quand je me permets de râle, bah en fait c'est...Ouais c'est un élan d'amour. C'est comme un call in tu vois. C'est genre : Bah ouais, il y a des choses qui ont été mal faites et qui on été blessantes, et qui nous on mises en danger.  Faut que vous vous en rendiez compte et que, et qu'on fasse mieux en fait. Qu'on soit vraiment une communauté, c'est à dire qu'on prenne soin les un des autres. Et c'est possible. Enfin moi j'ai pas envie d'être rageuse toute ma vie. Ca me fait du bien d'être en colère et de la, et de la nommée et de la dire quand j'en ai besoin mais, j'ai pas envie de rester dans la colère. Faut que ça devienne quelque chose de constructif, sinon ça sert à rien. 

C'est clair. C'est exactement pour ça que j'ai fait ce podcast d'ailleurs. Mais ouais, ouais ouais. Je suis totalement d'accord avec t..Enfin, surtout que...En fait, ça fait d'autant plus mal que on fait parti de cette communauté et que on a envie d'être, d'être accepter par cette communauté, et d'être aimer par cette communauté, et que on se sent deux fois plus rejeter alors que...Encore une fois c'est une communauté à laquelle on appartient donc...

Bah ouais, on devrait pas avoir à se...A bosser deux fois plus pour avoir un sentiment d'appartenance quoi. On devrait pas avoir à nier nos handicaps pour pouvoir aller dans des lieux pas accessibles. On devrait pas avoir à faire ça. C'est violent en fait de subir ça. Et c'est humiliant. Et il faut effectivement que...Que les personnes valides qui organisent des événements, elles s'en rendent compte quoi. C'est hyper humiliant. Et vous reproduisez ce qu'on vit tous les jours, déjà de base quoi. On peut mieux faire. Et ça peut être fait de façon, pas si compliqué et pas si coûteuse. Mais pour ça faut nous écouter en fait. 

Il faut nous écouter. Tout à fait.

Bah ouais. C'est un peu la base quoi. Faut nous écouter. Faut arrêter de croire que c'est pas parce-que t'as un pote handi qui arrive à faire 50 choses, trucs dans la journée, que bah ton, un autre va y arriver. Enfin tu sais faut arrêter de...D'essentialiser les gens en fait. Le handicap c'est un spectre assez immense et on a tous des besoins, propres à chacun. Et c'est ok en fait. Il y a quand même des solutions assez faciles pour rendre les choses accessibles à une plus grande majorité de personnes.

Non mais c'est clair. Enfin moi je sais que, pendant hyper longtemps j'ai pas voulu aller dans des évnements queer et tout parce-que...Juste j'avais trop peur de me faire rejetter en fait. Deux fois plus. Encore. Enfin, en fait je pense que si il y a des personnes queer valides qui nous écoutent il faut vraiment qu'elles comprennent qu'elles perdent des adelphes en fait. En rendant leurs évenement pas accessibles et tout bah...Juste elles perdent des adelphes.

Ouais et puis, elles rejettent des adelphes aussi. C'est pas que...

Ouais voilà. 

Il y a quand même une action concrète qui se passe, dans le fait de rendre pas accessible des lieux. C'est qu'en fait vous nous rejeter hein. Non faut vraiment que les gens arrivent à comprendre que le handicap c'est pas une question de...De faiblesse ou de fragilité, mais c'est juste une injustice sociale quoi. Parce-que oui j'ai des capacités qui sont peut être différentes de toi Jean-Michel valide, Mais c'est pas une raison pour laquelle ça me donne le droit de...Bah de me fermer des portes littéralement quoi. Enfin je...C'est pas parce-que je peux pas marcher que c'est que je puisse pas prendre le métro en fait. C'est pas normal. 

C'est clair. Quel message tu aimerais faire passer aux personnes valides de la communauté LGBTQ+, militantes ou pas, qui nous écoutent  ?

Bah amplifiez nos voix. Éduquez vos proches. Reprenez les quand ils disent de la merde sur le, sur le handicap, et les maladies chroniques. Boycottez les événements non accessibles. Enfin soyez des vrai.es allié.e.s en fait. Enfin, vraiment. Bah évidemment la base c'est quand même de commencer à vous déconstruire, mais si vous avez fait déjà un peu de truc là dessus...Ouais. Et d'ailleurs pas que pour les valides hein parce-que...On a tous vachement de validisme intériorisé. Moi j'en connais des personnes handi queer qui ont encore du taff là dedans à faire. Et c'est pas pour les shamer au contraire moi ça me fait de la peine. Mais ouais c'est un vrai taff, et ça ferait du bien à tout le monde en fait. Handi comme non handi. De se déconstruire là dessus. Parce-que toute cette pression qui est sur nos corps et sur notre performativité...Bah c'est dur à porter quoi. Et c'est juste le capitalisme hein. Donc soyez anti capitaliste jusqu'au bout. Voilà. (rires) 

(rires) C'est clair. C'est clair. Et surtout, moi j'aimerais juste rajouter un truc. N'attendez pas d'avoir des ami.es handicapé.es pour vous déconstruire.

Mais oui ! 

N'attendez pas d'avoir des handicapé.es autour de vous pour vous déconstruire, et faites vos recherches par vous même. Genre...

Ouais, on est pas des éduc spé gratuits quoi. 

(rires) C'est clair. C'est clair. Je pense que c'était un très bon...Avant dernier, message (rires)

(rires) 

Du coup là on arrive à la dernière question, qui est la question recommandation culturelle. Tu m'as dit en off que tu en avais pas. Et en fait, je t'en ai cité quelques uns, et finalement tu en as (rires)

(rires) C'est juste que je suis un petit peu trop...J'allais dire dépressive. C'est vrai aussi mais, dissociatif en ce moment. Du coup j'ai un petit peu de mal à me connecter avec mes idées, mais oui donc bref. Tout ça pour dire : Passion Crip Camp. Si vous l'avez pas vu bah voyez le. Et revoyez le encore. Et encore une fois. Ce film, c'est un documentaire donc qui parle de la lutte pour les droits civiques des personnes handicapées, aux Etats-Unis dans les années 60...

Ouais 70. 

  1. Et il est génial. Il m'a fait chialer la première fois que je l'ai vu, et puis la deuxième aussi. Et c'est un peu mon film...Enfin genre, petit film feel good et qui me donne de l'espoir. Et qui me fait du bien quoi. Ouais, enfin il est génial. Faut vraiment le voir. 

C'est clair. Il est trop bien. Il fait vraiment vraiment trop du bien. Et en même temps je trouve qu'il est hyper...Enfin il y a un côté qui est très dur quand même, enfin...

Oui

Mais en même temps qui est hyper positif et, et comme tu dis qui est hyper inspirant. Et qui est vraiment trop bien. Enfin moi je...je l'ai vu, et clairement j'ai...Je crois que j'ai pleuré pendant une heure après.

Ah ouais nan mais j'ai tellement chialer moi la première fois. 

J'ai dû mettre sur pause tellement je pleurais. Enfin c'était...wouah.

Mais tu vois ça c'est tellement, ben on a tellement pas de représentation. C'est des choses qu'on nous apprend pas. Et du coup c'est génial qu'il soit sur Netflix, accessible à peu près à un grand nombre de personnes. C'est trop bien. Parce-que ben ouais nos histoires elles sont invisibilisées quoi. Ca existe, et ça existe aussi en France hein des...Bah des personnes handi qui militent comme ça. Bah d'ailleurs, ça me fait penser à, Handi-Social en ce moment. Bah c'est exactement la même chose qui se passe, sauf que bon, ben là... 

Ouais. Gros soutien à Handi-Social d'ailleurs. Je le redis parce-que...

D'ailleurs ils ont une cagnotte, et si vous voulez les soutenir, donnez leurs des sous pour payer les frais d'avocat et tout. Les amandes qu'ils doivent payer pour avoir essayer de...d'accéder à des droits fondamentaux. Mais oui c'est clairement, Crip Camp c'est...C'est la vie. Vraiment. 

Et d'ailleurs dans ce film, on voit très bien l'importance des allié.es. Parce-que notamment les personnes qui...Les personnes handi qui manifestent et tout pour leurs droits, elles se font notamment aidé.es par les Black Panthers

Et des gouines aussi. Il y a un groupe de gouines aussi. Enfin tu sais, quand ils font leurs... 

Oui.

Leurs squatte de je sais plus quel...Bah il y a les Black Panthers et un groupe de gouines qui viennent leurs apporter à bouffer. Enfin en tout cas qui les soutiennent. Et oui c'est un bel exemple de convergence de luttes quoi. Effectivement tu pourras pas libérer... La libération elle doit inclure tout le monde, sinon c'est pas une libération quoi. Parce-que bah, tu peux être handi et racisé.e, et tu peux être handi et LGBT...Et du coup si tu libère que les LGBT mais pas les racisé.e.s ni les handi, bah tu libères personne en fait. Tu continues juste à croire à tes privilèges. Donc ça sert à rien. 

Voilà. J'ai envie de dire PREACH, et de lâcher le micro. Et voilà. (rires) Mais euh, nan. J'ai encore quelques recommandations à faire. D'ailleurs je sais pas si tu veux parler de la deuxième, mais je vais la présenter, et après si tu veux, tu en parles. Donc c'est un fi...Un film, non (rires) C'est un livre. Que j'ai entre mes mains actuellement. Et qui est absolument génial. C'est un petit livre qui s'appelle "Les chants du placard". Qui a été écrit par Luz Volckmann. J'espère que je dis bien son nom. Qui est une autrice trans. Et...Comment dire ? Ce livre c'est...Il est petit mais il est hyper fort. Il est hyper bien écrit et très poétique. Et comme son nom l'indique, il parle de placards (rires) Et de différents placards que ce soit quitter la campagne, ou quitter l'hôpital, ou quitter, quitter ces choses qui, qui nous enferme. Et il est, il est trop bien. Et il y a notamment ce troisième...Ouais je crois que c'est le troisième et dernier passage du livre, où elle parle de...D'une grosse, d'une énorme opération du dos qu'elle a subi. Et qui moi m'a beaucoup parler et qui parle de ce...De ce sentiment d'être totalement dépossédé de son corps et tout ça. Et c'est vraiment hyper beau et hyper...Ouais. Il est trop bien. Lisez le. Voilà. Est-ce que tu as des choses à dire en plus ? (rires) 
 
Nan bah, gros coup de coeur pour ce bouquin effectivement ouais. Il est vraiment génial. Il m'a beaucoup ému, et je me suis beaucoup...reconnu dedans. Surtout bah, pour la partie où ça parle d'arthrodèse donc opération du dos. Parce-que bah j'en ai eu une aussi. Et tout ce qui est lié au médical, j'ai un lourd passif médical. Et du coup forcément, ça me parle assez. Mais même ouais ce rapport à... Les trois...Je sais pas si on peut dire que c'est des nouvelles ? Je sais pas, effectivement il y a trois parties différentes dans le livre. Les tois sont géniales et c'est...Ouais. Enfin, t'as tout dit déjà. C'est hyper bien écrit. C'est une personne qui est hyper fine et...Et du coup, faut l'acheter ce bouquin, vraiment. Il est vraiment bien. En plus il est très beau. La couverture elle est super belle, enfin tout est parfait quoi. Ce qui est important je trouve, moi j'aime pas acheter des bouquins dont j'aime pas la couverture. 

(rires) C'est vrai. C'est vrai. Ouais ouais nan la couverture est très belle. Et je trouve que tout tout transpire la queerness sur cette couverture. Que ce soit la couverture, le titre...Moi je l'ai vu et ça m'a tapé dans l'œil direct. Je me suis dis "Oh il faut que je l'achète" Et puis oui je trouve qu'on en a pas beaucoup parlé, et c'est dommage donc c'est pour ça que j'en parle aujourd'hui. Parce-que même si, j'ai adoré aussi le bouqin de Elisa Rojas par exemple. Mais il a quand même eu beaucoup plus de couverture médiatique que celui-là. Donc voilà. Faut aussi parler des autrices et des auteurs un peu plus indépendants. Dernière chose. Je voulais parler...C'est pas vraiment une recommandation, parce-que j'ai pas vraiment de livre à recommander ou de film. Parce-que le seul film que j'ai vu sur cette personne était franchement pas terrible. Je voulais parler de Frida Khalo, et de rappeler aux personnes qui nous écoutent si jamais elles l'avaient peut être oublié.e.s, que Frida Kahlo était handicapée. Que Frida Khalo était queer. Qu'elle était bisexuelle. Et que, elle était surtout handicapée. Et que ça fait juste partie intégrante de son œuvre. Que elle a eu des douleurs chroniques toute sa vie, qu'elle a eu des opérations à répétition, que voilà. Que elle peignait des tableaux depuis sont lit, parce-qu'elle était alitée. Que ça fait partie intégrante de la chose, et que Frida Kahlo c'est pas juste un portrait avec des sourcils, des sourcils épais sur des tote bags. (rires). Que c'est beaucoup plus que ça.

(rires) Ouais nan elle était communiste, elle était...Bah faut écouter le podcast de "Venus s'épilait t elle la chatte ?" là, à ce sujet. Je crois que c'est même en deux épisodes. Je sais plus à vrai dire. Mais elle a consacré un épisode au moins à Frida Kahlo. On apprend pas mal de choses sur elle et c'est hyper intéressant. 
Ok. Bon bah du coup ça fera un, une reco de podcast en plus. Et euh. Oui Frida Kahlo est géniale. Frida Kahlo est une inspiration et un role model pour beaucoup de personnes handicapées je pense. D'ailleurs je crois que ton chat s'appelle Frida non? 
Oui (rires) 

(rires) Je pense que c'est pas pour rien. Moi je me suis dis déjà que mon prochain fauteuil je l'appellerai Frida.

Ah toi aussi tu nommes tes fauteuils ? Trop bien

Oui moi aussi je donne des noms à mes fauteuils. Mon fauteuil actuelement s'appelle Freddie, mais le prochain je l'appelerai Frida. Voilà
(rires) Freddie pour Freddie Mercury et Frida pour Frida Khalo (rires)

(rires) Ah c'est beau !

(rires) Voilà. Sur cette dernière phrase très queer, je crois que on peut s'arrêter là.

Oui OK. Bah merci beaucoup. 

Bah merci à toi. C'était vraiment très cool de discuter avec toi. Surtout que ça fait un moment que je te suis sur Instagram et tout, donc c'était chouette de pouvoir enfin discuter. Et ouais merci beaucoup d'avoir parler de tout ça avec moi. Je sais que c'est un, quelque chose de très important. Qu'il y a beaucoup de personnes queer et handi qui ont besoin de représentation, Et j'espère que...J'espère que cet épisode fera parler de lui et qu'il va un petit peu secouer, secouer les puces. Un petit peu, aux valides.

Ouais et puis qu'ils fera du bien surtout aux concerné.es quoi. 

Ouais j'espère. 

C'est vrai que ça fait du bien d'entendre des voix qui bah...D'avoir des espaces pour nous quoi. 

C'est clair. Bah c'est pour ça, c'est pour ça que j'ai fais ce podcast. Et d'ailleurs cet épisode sera le dernier épisode de la première saison. Mais il y aura une deuxième saison qui va normalement démarrée en septembre. Mais je n'en dirais pas plus pour l'instant. Mais en tout cas oui. On a pas fini encore, et on a encore pleins de sujet à aborder. Et pleins de valides à déranger. Et pleins de...

(rires) 

Et plein d'adelphité, et de love, et d'amour, et voilà.

Trop bien 

Voilà. Merci encore Morgan.e. C'était trop cool.

Merci à toi.

Et une dernière fois un grand merci à vous d'avoir écouter cet épisode. En cette fin de saison je tenais à vous remercier pour votre soutien, que vous suiviez le podcast depuis le début, ou seulement depuis quelques semaines. Je suis très fière de la petite communauté qui s'est créée autour de ce podcast, et j'espère qu'elle grandira encore avec la saison 2. Je vous donne donc rendez-vous en septembre pour encore plus de témoignages et d'invité.es à découvrir.

Recommandations culturelles :

Film : Crip Camp (2020)
Réalisé par James Lebrecht & Nicole Newnham
Disponible sur Netflix

Livre : Les Champs du placard (2020)
Ecrit par Luz Volckmann
Publié aux éditions blast

Podcast : Venus s'épilait-elle la chatte ?
Episode : Frida Kahlo au delà du mythe